vendredi 24 février 2017

L'échec de la déradicalisation des musulmans intégristes en France

Ce n'est pas moi qui le dit mais le rapport de deux sénatrices.

Le problème a été de confier à des musulmans ou à des non-spécialistes de l'islam (et donc forcément des incompétents) la mission de déradicaliser des musulmans intégristes.

Définition du mot intègre : d'une grande honnêteté
Partout ailleurs que dans l'islam, être intègre est quelque chose de bien.
Mais l'islam pratique l'inversion des valeurs.
Exemple : pour le coran, combattre est quelque chose de bien, comme tuer les mécréants (les non-musulmans), l'amour c'est sale, le corps humain doit être caché, surtout celui des femmes qui ne sont bonnes qu'à faire des enfants, les élever et donner du plaisir aux hommes et la paix c'est pour les faibles ou quand les mécréants sont en position de force en attendant de les renverser.

A lire :

La seule façon de déradicaliser un musulman intégriste, est de lui faire étudier le coran d'un aspect critique comme je le fais dans le blog http://le-coran-pour-tous.blogspot.fr

Ainsi, il comprendra de lui-même qu'il s'était trompé que ce n'est certainement pas Allah qui a fait descendre le coran sur terre. Après cela, il n'aura plus besoin de tuer quiconque pour la gloire d'Allah et pourra profiter pleinement de la vie sur terre.

Les musulmans (sunnites) à qui j'ai parlé du coran d'un aspect critique n'ont rien trouvé d'autre à me dire que le coran avait dû être falsifié par des juifs. Et les musulmans chiites disent que le coran actuel a été falsifié par les musulmans sunnites. Mais si Allah était vraiment l'auteur du coran, il aurait certainement été en mesure de protéger son Livre.

Thierry Cumps
Spécialiste de l'islam

jeudi 9 février 2017

Lancement de la Désislamisation à Béziers le 4 mars


Lancement de la Désislamisation à Béziers le 4 mars : Alain Wagner présente l'évènement


Analyse du coran : Le coran pour tous

Livres sur l'islam :
Cliquez sur le titre pour aller sur la page d'Amazon.

Depuis le 11 septembre 2001, les États-Unis et l'Europe combattent le terrorisme par la guerre et la répression. Mais ces efforts restent vains : l'Afghanistan et l'Irak sont loin d'être pacifiés, le radicalisme islamique s'intensifie, les valeurs promues par l'Occident reculent partout. Pour dire son inquiétude et son désaccord avec la manière dont ce combat est mené, une responsable importante du renseignement européen, auquel l'anonymat s'impose, décrypte ici notre incompréhension totale du terrorisme islamique.
Nous restons comme désarmés face aux guerriers de l'islam. À leur projet cohérent et globalisant répondent l'aveuglement et la dispersion des puissances occidentales. Or, sans intelligence des idées et des faits, nulle action n'est possible. Cette Anatomie d'un désastre revient donc aux fondements du travail de renseignement : interpréter les évé­nements, entrer dans l'esprit de l'ennemi et éclairer notre jugement. Aujourd'hui, si la frange armée de l'islam vise l'Occident, c'est parce que la mondialisation permet de donner une nouvelle dimension au djihad. Il serait temps qu'Américains et Européens le comprennent et sortent de leurs contradictions entre logique policière et militaire, droit à la sécurité et défense des libertés.
Cette leçon d'anatomie affronte nos contradictions pour en finir avec le politiquement correct, pétri de sensiblerie mais aussi de violence hypo­crite. Elle nous invite à oser quelques orientations stratégiques novatrices, quitte à assumer de profonds paradoxes pour échapper au monde ambiant des préjugés.
Connais ton ennemi et, pour le vaincre, connais-toi toi-même. Tel est le message que délivre l'auteur. Mieux vaut admettre la réalité du conflit et vivre avec nos démons qu'abdiquer nos libertés.
Enyo, déesse grecque des batailles, est le pseudonyme d'une éminente responsable du renseignement. Après un doctorat en sciences politiques, elle a enseigné à l'université plusieurs années. Invitée par son gouvernement à rejoindre la carrière diplomatique, elle a occupé différents postes dans des pays de culture islamique avant d'être détachée auprès du service de renseignement extérieur de son pays en 2002. C'est à ce titre qu'elle travaille actuellement au sein d'une organisation internationale à Bruxelles.

Bienvenue en France islamique !: Nous avons eu la France socialiste. La prochaine étape sera la France islamique
Est-ce vraiment une fiction ?
L’islam gagne du terrain en France et le nombre de mosquées augmente chaque mois.
La politique du gouvernement socialiste (ainsi que de nombreux médias) est de dire que l’islam est une religion de paix et d’amour, qu’elle a toute sa place dans la république française et que quelque part on est tous musulman. D’ailleurs, nombreux sont les musulmans dans les membres du gouvernement de François Hollande.
Je ne vais donc polémiquer plus longtemps sur la question car le but de ce livre n’est pas de savoir si on est pour contre l’islamisation de la France mais de voir ce que sera la France de demain, une fois que les musulmans auront pris le pouvoir dans notre pays.
Je tiens à préciser que je ne suis pas musulman, mais que j’ai étudié cette religion.

Blasphémateur ! Les prisons d'Allah
A 25 ans, Waleed Al-Husseini est un homme libre, et cette liberté, il en a payé le prix.
En 2010, il est le premier Palestinien d’origine musulmane incarcéré en Cisjordanie pour avoir rejeté l’Islam. Sur internet, seul espace de liberté, l’adolescent dénonçait les ressorts rétrogrades, violents et misogynes des textes coraniques et la pratique des religieux.
Mais on ne quitte pas l’Islam. L’Autorité palestinienne, qui se déclare pourtant laïque, en fait son ennemi public numéro un et l’arrête pour outrage à la religion. Commence alors un long et douloureux séjour dans les prisons palestiniennes, où il subit des tortures psychologiques et physiques. Il parviendra finalement à en sortir grâce à des soutiens internationaux, et trouvera asile en France.
Témoignage poignant, Blasphémateur ! offre le regard inédit d’un citoyen palestinien sur son propre État, paralysé selon lui par les conflits internes, la collusion des pouvoirs, la prégnance du religieux. C’est aussi le plaidoyer enflammé d’un homme déterminé à se battre pour la liberté de penser. Un homme des Lumières.

Ces maires qui courtisent l'islamisme
Manuel Valls a inauguré la Grande mosquée de Cergy, édifiée sur un terrain de la mairie socialiste contre un loyer dérisoire. Son imâm défend ouvertement les Frères Musulmans dont le passage aux affaires en Egypte s'est soldé par de nombreuses exactions, et la tentative d'islamiser les lois. Paris, qui croule sous une dette de 400 millions d'euros, a trouvé 16 millions d'euros pour son Institut islamique. A Nantes, la mairie a contribué à financer l'institut islamique de la branche française des Frères Musulmans, l'UOIF, à hauteur de 200 000 euros en 2009. Le maire s'appelait alors Jean-Marc Ayrault. Les mairies de Marseille et Nice ont été elles épinglées par le tribunal administratif pour des entorses à la loi de 1905, tandis que plusieurs députés financent des mosquées sur leur réserve parlementaire. Le maire de Nîmes, vice-président de l'UMP, a lui cédé un ex temple protestant à des islamistes dont les bulletins internes sont marqués d'un extrémisme inquiétant. Alain Juppé assure lui qu'il "fera tout pour qu'un terrain soit disponible" pour la Grande Mosquée de Bordeaux. L'imâm Tareq Oubrou qui dirigera l'endroit persiste dans son dernier livre à s'avouer membre des Frères Musulmans, dont le Guide suprême souhaite "contrôler l'Europe". Votre maire collabore-t-il avec l'islamisme ? Cette deuxième édition a été largement actualisée et augmentée après les municipales 2014.

Comprendre l'Islam
Comprendre l'islam, c'est repérer sa double logique, son double ADN millénaire : le totalitarisme et le djihad, la guerre de conquête sans limite géographique, par la ruse ou par la violence. Comprendre l'islam, c‘est voir qu'en dépit de ses divisions intestines meurtrières, il désigne un ennemi commun : notre civilisation et toutes les autres. Comprendre l'islam, c'est saisir qu'il n'existe aucune différence, seulement tactique, entre islam et islamisme. Comprendre l'islam, c'est réfléchir sur sa confusion de la foi et de la loi, du spirituel et du temporel, du religieux et du politique. Comprendre l'islam, c'est admettre son incompatibilité absolue, d'essence, avec la démocratie pluraliste, la laïcité et la liberté. Sa raison d'être est la théocratie, son règne signifie le recul de l'intelligence. Comprendre l'islam, c'est voir qu'un "islam laïc" ou un "islam des Lumières" sont des utopies. Ses collaborateurs occidentaux sont des soumis, des apeurés, des aveuglés, des schizophrènes en contradiction avec leurs propres principes. Comprendre l'islam, c'est débusquer des convergences troubles avec le fascisme, le nazisme, le communisme marxiste, l'antisémitisme. Comprendre l'islam, c'est mesurer à quel point il joue sur une immigration de peuplement et de colonisation massive, rapide et incontrôlée. Comprendre l'islam, c'est percevoir qu'il ne possède ni métaphysique, ni théologie ni philosophie mais fonctionne sur le binôme dogmatique de la superstition et de l'idéologie. C'est aussi réfléchir sur le duel entre l'obscurantisme et la raison, entre la liberté et la soumission. Comprendre l'islam, c'est admettre sa puissance historique de sidération et de conquête, ressurgie des siècles anciens, archéofuturiste et volontariste. Comprendre l'islam, c'est refuser de se soumettre à ses valeurs et d'admettre ses principes. Comprendre l'islam, ce n'est pas le mépriser, car il n'est pas méprisable, c'est le connaître, afin d'éviter l'islamisation de l'Europe qui déboucherait sur un cataclysme et une décadence. L'auteur s'exprime d'un point de vue aristotélicien.

Détruire le fascisme Islamique
Dans ce texte fondateur et sans langue de bois, Zineb El Rhazoui révèle la stratégie réelle d'expansion du fascisme islamique en Occident et comment les islamistes ont transformé des démocrates convaincus en leurs alliés sur la voie de la Oumma. Dans leur guerre à l'extrême droite, les collaborationnistes du fascisme islamique ont oublié qu'ils défendaient désormais la nouvelle extrême droite meurtrière. Racistes et islamistes disent la même chose : les Musulmans ne sont pas des individus, mais une communauté. Cet ouvrage est un signal d'alarme, au nom de ces millions d'anonymes qui vivent chaque jour sous le joug du fascisme islamique, contre l'entreprise d'inversion morale des valeurs universelles de liberté.
Rendue mondialement célèbre suite aux attentats de Charlie Hebdo dont elle fut rescapée, Zineb est une journaliste diplômée en sociologie des religions de l'EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris). Athée de culture musulmane, militante des droits de l'homme et des libertés individuelles, elle est sous la menace de plusieurs fatwas de mort. ZIneb est aujourd'hui la femme la plus protégée de France.

Étude critique du coran
Je m’appelle vraiment Ali, mais Baba n’est pas mon nom.
Si les musulmans connaissaient mon vrai nom, il ne fait aucun doute qu’ils chercheraient à me tuer car pour eux je suis pire qu’un apostat, je suis celui qui dit la vérité sur l’islam et ça ils ne peuvent le supporter.
Avant, j’étais un putain de musulman, mais ça c’était avant.
J’ai été élevé par des parents musulmans qui m’ont appris enfant à haïr les juifs et les chrétiens et tous ceux qui n’étaient pas musulmans.
Aujourd’hui, je sais que les non-musulmans ne sont pas nos ennemis et qu’il faut arrêter de leur mentir.
Il est temps de révéler la vérité sur le coran et l’islam et moi Ali, je vous dirais tout car je compte publier d’autres livres sur l’islam.
Quoiqu’il en soit, voici une critique que je qualifierai de complète de votre livre sacré : le coran.
Pour moi, ce livre n’a rien de sacré, pas plus que la bible d’ailleurs.
Je vous invite d’ailleurs à réécrire un nouveau livre sacré et à choisir un meilleur modèle que Mahomet, dont on ne peut pas dire que la vie ait été exemplaire.
Pour finir, je dois dire qu’il faut notamment faire la distinction entre les musulmans chiites et les musulmans sunnites. Le coran actuel disponible en librairie et sur internet est celui des sunnites, celui des chiites étant tenu caché en lieu sûr. Par conséquent, mon livre sur le coran ne s’applique pas aux musulmans chiites, ennemis héréditaires des musulmans sunnites.
Il existe également d’autres courants dans l’islam, et vous aussi êtes peut-être des musulmans qui ne respectent pas cette version du coran et son prophète autoproclamé Mohamed.
Je suis un musulman repenti. J’ai commis de nombreux crimes lorsque j’étais musulman. Mais en analysant le coran, j’ai compris que ce livre n’avait rien de sacré. Pire, le coran est rempli d’erreurs et de mensonges et je gage que lorsque les musulmans auront terminé de lire ma critique du coran, ils renonceront d’eux-mêmes à l’islam.
Ali Baba (aposta de l’islam)

Eurabia
Depuis plus de trois décennies, l'Europe planifie avec les pays de la Ligue arabe la fusion des deux rives de la Méditerranée. Par le "Dialogue euro-arabe", elle a développé une structure d'alliances, et souvent d'allégeances, avec le monde arabe. Elle sacrifie son indépendance politique tout comme ses valeurs culturelles et spirituelles en échange de garanties (quelque peu illusoires) contre le terrorisme et d'avantages économiques que lui dispensent les pays arabes. Si ces derniers fournissent à l'Europe des hydrocarbures, s'ils lui offrent des marchés, ce n'est pas sans lui imposer des contreparties : ils exigent d'elle une ouverture sans cesse accrue à leur culture, à leur langue, à leur religion - l'islam -, à leurs émigrants, qu'ils veulent toujours plus nombreux. Ils arrachent aux pays d'accueil des conditions visant à maintenir ces émigrants dans leur culture d'origine au lieu de faciliter leur intégration. Enfin l'alliance euro-arabe se base sur une politique commune hostile à Israël et aux Etats-Unis. C'est une stratégie de subornation de l'Europe qui est ainsi mise en œuvre par les pays arabes, avec l'active complicité des instances dirigeantes européennes : la Commission européenne pilote un puissant dispositif financier servant cette politique ; elle a déployé une immense toile médiatique fabriquant le "politiquement correct eurabien"; elle a enrégimenté les institutions scolaires et universitaires, et parfois même les Eglises, dans cette entreprise de dénaturation de l'identité européenne.

Gestion de la barbarie
Sous le titre Études stratégiques, les théoriciens du jihad communiquent leurs consignes terroristes aux islamistes du monde entier. Publiés en Orient et. en arabe, ces textes ne sont pas connus du public et n'attirent pas l'attention des dirigeants occidentaux. Au premier rang des stratèges islamistes, Abu Bakr Naji, recherché par toutes les polices, diffuse le traité de la Gestion de la barbarie, sous-titré L'étape par laquelle l'islam devra passer pour restaurer le califat. Abu Bakr Naji détaille, exemples à l'appui, les instructions à suivre pour démoraliser et détruire l'Occident. Ce document hallucinant, Mein Kampf des islamistes, donne un sens aux informations de la presse. Il faut le lire et le faire connaître, pour qu'il ne soit pas dit : " Nous ne savions pas ! "

Guerre à l'Occident - Guerre en Occident
Treize ans après les attentats de New York, quelques mois après la multiplication des actes barbares de l'Etat islamique, quelques semaines après la tuerie de Charlie Hebdo, la belle histoire de « l'islam religion d'amour, de tolérance et de paix » a du plomb dans l'aile. Il faut être sot ou aveugle pour ne pas comprendre que le système islamique est un projet politique conquérant et guerrier, dont la finalité est l'anéantissement de tout ce qui n'est pas musulman. Dans ce contexte, il ne peut donc y avoir de doute quant à la nature de ce qui se produira sur le Vieux-Continent, alors que la guerre a déjà commencé. Les victimes sont et seront les citoyens européens, à leur corps défendant. Cette guerre du 21e siècle, l'auteur, lieutenant-Colonel en retraite, l'analyse en militaire : d'abord, identification de l'ennemi, le système islamique. Puis il nous livre une étude précise de ses différentes composantes, de ses moyens d'action et de leur finalité. Il décortique les méthodes de subversion de l'Occident, les multiples complicités dont bénéficient les conquérants, et les différents types de guerre menées simultanément contre nos pays. Il décrit également les différentes actions subversives des soldats d'Allah pour parvenir à la déstabilisation de nos Etats. En bon stratège, il regarde également la démographie des pays musulmans et la progression de l'implantation islamique en Europe. Il ne néglige pas, par ailleurs, une étude précise sur les ressources pétrolières et gazières des pays de l'Organisation de la Conférence Islamique (OCI)... sans oublier d'examiner les alternatives énergétiques possibles pour l'Occident. Partant du principe qu'il ne pourra y avoir de cohabitation pacifique entre deux cultures antagoniques, il passe en revue toutes les hypothèses possibles pour les trente années qui viennent. Quoi qu'il arrive, les Occidentaux devront se battre pour leur survie et celle de leurs descendants. Sinon, ils disparaîtront.

Il était une foi, l'islam... : l'histoire de celui qui voulait diviniser pour mieux régner
Cela fait maintenant près de dix ans que je ne suis plus musulman. J'ai cessé d'avoir foi en l'islam après avoir sérieusement étudié le puits sans fond que semblent être les textes sacrés du Coran et des hadîts Sahih. Ce long et difficile travail, tant sur celui des commandements de mes anciens maîtres (le Dieu Allah et Son prophète Muhammad) que sur moi-même, m'a amené à entrevoir des conclusions et à théoriser des concepts que je n'ai à ce jour encore jamais entendus ni lus nulle part ! J'aurais pu choisir de mourir avec tous ces secrets mais j'ai préféré prendre le risque d'être l'auteur de ce livre que vous tenez entre vos mains. Ce sont toujours les mêmes islamologues que j'entends et lis depuis tant d'années, ici, en France. Tous ont pour conclusion définitive que le Coran n'est la source d'aucun problème ou que l'islam voulu par le Prophète Muhammad est une religion de paix, d'amour et de tolérance. Mais connaissez-vous une seule étude globale et systémique des textes sacrés islamiques qui serait capable de soulever des constats critiques sur les principaux dogmes coraniques et d'analyser les limites de ces dogmes en se passant de la morale ou des concepts manichéens du Bien et du Mal ? C'est parce que je n'en connais aucune que je me suis lancé pour défi de réaliser ce que j'ai toujours souhaité qu'il puisse être accessible à tous ! J'ai passé des années à lire, à étudier, à dialoguer et à débattre, quitte à devoir sacrifier mes trop rares temps libres et à passer d'interminables nuits sans sommeil... Tout ça dans le but de pouvoir vous convaincre qu'il aurait été irresponsable de ma part de taire tout ce que je sais.

Insoumise
Député libérale néerlandaise, d'origine somalienne, musulmane, Ayaan Hirsi Ali, à l'instar de Salman Rushdie en son temps, est menacée de mort par les fondamentalistes hollandais. Son crime: la dénonciation des dérives de l'islam. Fuyant un mariage arrangé, Ayaan Hirsi Ali, alors âgée de vingt-deux ans, s'exile aux Pays-Bas où elle étudie dans les meilleures écoles pour s'engager en politique. Chacune de ses interventions dans les médias fascinent ou irritent car elle dénonce inlassablement la position qu'en Europe de l'Ouest comme dans les pays arabes l'islam réserve aux femmes. Depuis l'assassinat du cinéaste Théo Van Gogh avec qui elle avait réalisé "Submission", un court-métrage sur une femme voilée battue par son mari, elle vit recluse.Obsession maladive de la virginité – "une fille dont l'hymen est déchiré, c'est comme un objet usagé", a-t-on coutume dire aux jeunes musulmanes –, mariages transformés en viols, réclusion à perpétuité, excision... Ayaan Hirsi Ali dresse dans ce livre un rapport rationnel – d'autant plus terrible – et sans concessions sur la situation de la femme de confession musulmane. S'appuyant notamment sur des témoignages et des cas concrets, elle s'engage contre les violences conjugales subies par les femmes, même quand, issues de l'immigration, elles vivent en Europe, et ce en violation flagrante de la législation européenne. "Ce dont la culture musulmane a besoin, c'est de livres, de séries, de poésies et de chansons qui montrent ce qui se passe vraiment et se moquent des préceptes de la religion." Esquisses de solutions? Pour Ayaan Hirsi Ali, le salut passe par l'autocritique, le rire, la parodie."Insoumise" est le réquisitoire d'une femme libre et courageuse.
Née en Somalie en 1969, excisée à l’âge de 5 ans, cette femme est scolarisée dans un lycée musulman pour filles. Soumise à ses parents, à son clan et à sa religion jusqu’à l’âge de vingt-trois ans, elle profite d’un passage dans sa famille en Allemagne, pour s’enfuir et échapper à un mariage forcé.
Réfugiée aux Pays-Bas, elle adopte les valeurs libérales occidentales au point de devenir une jeune députée à La Haye et de s’affirmer athée. Pour avoir travaillé dans les services sociaux du royaume, elle connaît, de l’intérieur, les horreurs tolérées à l’encontre des femmes au nom du multiculturalisme.
Son combat contre l’emprise de l’islam a pris un tour tragique depuis le 2 novembre 2004, date de l’assassinat par un radical islamiste du cinéaste Theo Van Gogh, coauteur avec elle du film « Soumission ».
Obligée de fuir les Pays-Bas, Ayaan Hirsi Ali a trouvé asile aux USA.
Elle soutient que l’islam est incompatible avec les principes de la démocratie.

Islamectomie !
L‘événement du jour! Une ONG défendant les Droits de l’Homme contre l’oppression religieuse vient de lancer un pavé dans la mare, une vraie bombe, au Parlement européen de Bruxelles. Arguant de sa nocivité et de son extrême dangerosité, l’ONG a proclamé une “fatwa” (sic) interdisant l’islam sur l’ensemble du territoire européen, ajoutant, de plus, que cette secte était “non seulement un système politique mais aussi une entreprise sexiste, homophobe, pédophile, esclavagiste, raciste, antisémite, criminogène, xénophobe, d’apartheid religieux et social, mutilant le sexe des enfants, cruelle envers les animaux, un système dystopique puisqu’il maintient l’homme dans les interdits, les privations et le malheur”. Comme si un seul de ces crimes n’aurait pas suffi... Cette interdiction est assortie d’un ordre d’autodafé immédiat sur toute publication du coran et des hadiths — un vrai Fahren heit 451! Ray Bradbury doit ricaner dans sa tombe. Une fatwa! Sacré retour de manivelle !... Précisons que cette “islamectomie”, véritable ablation chirurgicale de l’islam du corps européen, n’émane d’aucun organisme officiel et n’a par conséquent aucune valeur légale. Mais elle a été diffusée si vite, en temps réel sur le net, qu’elle a pris de court les autorités européennes, qui n’ont pu l’arrêter à temps. Elle se répand dans le monde entier comme une traînée de poudre.. Va-t-elle prendre feu?

Islamisme : Comment l'Occident creuse sa tombe
L'islamisation est en marche, des quartiers entiers en Europe et en Amérique s'islamisent et quittent la communauté nationale et ses principes démocratiques. Musulmans d'abord, citoyens après. Les sondages successifs montrent l'inquiétude des populations face à cet islam envahissant, isolationniste et de plus en plus agressif. Mais, en dépit de cette présence aussi flagrante que problématique, hommes politiques, intellectuels, journalistes, sans oublier beaucoup d'associations autoproclamées "antiracistes" essayent par tous les moyens de déformer la réalité à coups d'islamophobie, racisme antimusulman et autres balivernes. Dans ce livre, l'auteur décrit cette islamisation galopante en donnant la parole aux acteurs européens et américains qui sont sur le terrain : journalistes, intellectuels, chercheurs, qui ont saisi la vraie nature de l'islam et de ses intégristes. Résultat : des interviews qui posent le problème autrement et questionnent la présence de l'islam en Occident loin du déni chronique des lécheurs de babouches minimisant les dangers de cette présence religieuse hostile à la sécularisation et aux droits de l'homme. De Belgique, de Suisse, de France, du Canada..., des hommes et des femmes libres, certains d'origine arabe, ont répondu à nos questions pour nous expliquer comment l'Occident est en train de creuser sa tombe.

L'école française et l'islam : l'histoire d'un professeur d'histoire victime du terrorisme intellectuel
Louis Chagnon, professeur certifié d'histoire, victime d'un lynchage politico-médiatique depuis 2003 pour avoir osé enseigner à ses élèves la vérité historique sur la vie de Mahomet, décrit dans cet ouvrage le cauchemar qu'il a subi, prisonnier d'une machine infernale mise en place par une poignée de musulmans aidés du M.R.A.P. et de la L.D.H. Il raconte son combat laïc pour briser le politiquement correct qui nous muselle.

L'Europe et le spectre du califat
Un spectre hante l'Europe, disait Marx. Comme un membre coupé le Califat aboli en 1924 par Attatürk - unité politique et religieuse de l'Islam - continue de tourmenter « l'homme malade de l'Europe ». Ce livre expose l'action politique en Occident de l'OCI, Organisation de la Conférence Islamique, la plus grosse organisation internationale après l'ONU, forte de 56 États gouvernant 1, 3 milliards de personnes et qui se comporte de fait comme un Califat moderne associatif d'une redoutable efficacité. L'OCI a réussi à établir par delà les frontières et à l'aide de réseaux européens une véritable gouvernance sur les minorités immigrées en Europe. Son action directe sur les politiques communautaires a contourné les procédures démocratiques. En imposant de garder leur lien avec leur religion, leur culture, leur langue et leurs États d'origine elle provoque l'échec des modèles occidentaux d'intégration et conduit l'Europe à un « multiculturalisme » aventureux. Bat Ye'or révèle le projet révolutionnaire d'installer le siège permanent de l'OCI à …Jérusalem et comment l'Europe est instrumentalisée dans cette opération décisive pour l'avenir du Proche Orient et ce qu'il y reste de christianisme. « Au cours de la rédaction de cet essai, je me remémorais la question qui m'avait hanté voici 20 ans. Comment des peuples chrétiens, dotés d'Etats, de fortes armées et des plus riches cultures de leur temps, se désintégrèrent-t-ils dans leurs confrontations avec l'islam du VIIe au XVe siècle ? Maintenant je ne me pose plus ces questions. Ces processus de décomposition que j'étudiais dans de vieilles chroniques, je les ai vus se dérouler dans l'Europe actuelle… »

L'Islam des interdits
Dans les débats actuels sur l'Islam, la question des interdits et des blocages à l'égard de la modernité revient de manière permanente. Il est souvent de bon ton de distinguer un islam ouvert, pacifique et compatible avec la modernité, d'un islamisme intégriste, mettant en valeur une approche intolérante de la foi. Mais cette distinction est-elle pertinente ? Ne relève-t-elle pas d'abord d'une attitude " politiquement correcte ", qui évacue tout débat de fond, au détriment des évolutions nécessaires ? A travers un propos incisif, Anne-Marie Delcambre montre que nombre d'interdits ou de blocages actuels de la religion musulmane ne sont pas seulement des dérives intégristes mais font partie intégrante de l'Islam lui-même. Bien des éléments de ces interdits se retrouvent en effet dans le Coran ou dans la tradition la plus établie. Ainsi du statut discriminatoire des juifs et des chrétiens, de l'appel à la guerre sainte voire au meurtre, de la place des femmes, du regard non critique et non historique sur les textes fondateurs, de la place assignée au Prophète... Cet examen lucide est indispensable pour engager aujourd'hui un dialogue authentique avec l'Islam.

L'islam en France
Adolf Hitler a voulu éliminer les juifs avec l’aide du Grand Mufti de Jérusalem (Mohammed Amin al-Husseini, leader du monde musulman, ami d’Hitler). A la défaite de l’Allemagne nazie (septembre 1945), l’Europe a aidé les juifs à créer l’État d’Israël (novembre 1947) en partageant la Palestine en un État juif et un État arabe. En 1973, c’est le premier choc pétrolier. Les pays arabes producteurs de pétrole veulent se venger de l’Europe en les forçant à accepter l’islamisation de leurs pays en échange de leur pétrole. Les pays européens acceptent en 1975 le plan d’islamisation (Eurabia) et vont jusqu’à proposer le grand remplacement des populations d’origine dont la main d’œuvre est coûteuse contre l’immigration de populations d’origines sub-saharienne permettant de remplir les usines européennes à moindre coût. Le deal islamisation contre pétrole est toujours valable même si le grand public n’en a pas été informé. Une des conséquences de cette invasion migratoire a été l’augmentation de la délinquance et surtout l’apparition dans nos pays du terrorisme islamique. Nos gouvernements européens (et notamment la France) soutiennent toujours les pays sunnites producteurs de pétrole.

L'Islam en question
Est-il permis de porter un regard critique sur l'islam ? A-t-on le droit de douter que le Coran puisse être une source de sagesse ? Peut-on s'interroger sur le fait que la morale de toute une communauté soit fondée sur les paroles et les actes d'un Prophète dont la biographie est remplie de violence ? Née en Syrie, Wafa Sultan a subi les lois de l'islam pendant de nombreuses années. Puis, petit à petit, elle s'en est libérée, jusqu'à choisir l'exil. Elle s'est alors crue autorisée à affirmer sur la chaîne de télévision arabe Al Jazeera que l'islam n'était pas une religion de tolérance. Que c'était au contraire une religion de peur et de haine, et, en particulier, de haine des femmes. Cette opinion lui a immédiatement valu d'être menacée de mort, sans que cela n'entame en rien sa détermination. Par deux fois encore elle a pu exprimer son point de vue avant d'être interdite d'antenne. Ce livre est avant tout celui d'une femme courageuse qui, un jour, a décidé de faire le procès de son Dieu et qui n'hésite pas à jeter un éclairage cru sur les dérives totalitaires d'une religion qu'elle considère aujourd'hui comme une survivance de temps barbares. Et plus rien ne saurait l'empêcher de dire sa vérité.

L'islam et les fondements du pouvoir
L'essai fondateur d'Ali Abderraziq sur la nature de l'autorité politique dans le monde islamique a suscité lors de sa parution en 1925 des polémiques enflammées dans la presse et l'élite intellectuelle égyptienne, et entraîné la condamnation temporaire de son auteur par ses pairs, les oulémas d'Al-Azhar. Théologien et juriste reconnu, Ali Abderraziq y prône une séparation radicale du spirituel et du temporel : il montre que le Prophète est un guide spirituel et non un roi de ce monde. Ses préceptes pour le gouvernement des hommes n'impliquent en rien les fondements d'un " État islamique " qui n'a jamais existé, pas même aux premiers temps de l'Umma. Aucun principe religieux n'interdit donc aux musulmans d'édifier leur État et leur société sur la base des dernières créations de la raison humaine et des systèmes politiques que l'expérience des nations a désigné comme étant parmi les meilleurs. L'œuvre pionnière d'Ali Abderraziq, qui a suscité des dizaines de commentaires et de réfutations depuis près de soixante-dix ans, reste par la tranquille radicalité de son propos un moment indépassé de la pensée réformiste islamique et un outil indispensable pour penser aujourd'hui les rapports entre la Loi, le pouvoir et le religieux dans le monde arabe et musulman.

L'Islam : Fabrique de déséquilibrés ?
Les journalistes qualifient systématiquement de déséquilibrés nombre d'agresseurs musulmans qui, sans raison apparente, blessent ou tuent des malheureux qui ont eu le tort de croiser leur chemin au mauvais moment. Dans une société où règne la tyrannie du Surtout pas d'amalgame Wafa Sultan, ose expliquer ces actes par l'oppression mentale qu'exerce l'islam contre ses disciples, dès leur plus tendre enfance. Elle décrit comment les règles islamiques ont enfermé, depuis 1400 ans, les disciples d'Allah, les empêchant, par un devoir de soumission à des textes sacrés, de créer, d'inventer... et d'être heureux. Elle décortique les nombreuses causes de l'oppression des femmes musulmanes. Elle explique que cette particularité est en grande partie responsable de la pauvreté, intellectuelle, morale et matérielle des sociétés islamiques. Son verdict est clair : musulmans, révoltez-vous, émancipez-vous de l'islam !

L'islam, un projet politique pour l'occident
Cet ouvrage est destiné aux non-musulmans.
Vous qui rêvez de virer les politiciens corrompus qui vous gouvernent et de mettre au pouvoir de vrais représentants du peuple, nous vous proposons une vrai révolution.
Il ne s’agit pas dans ce manifeste de vous parler de religion mais de politique.
Vous n’êtes pas obligé de croire en un Dieu unique, l’islam est beaucoup plus qu’une religion. L’islam est un système politique révolutionnaire qui vise à établir les mêmes lois sur la terre. Ces lois sont dictées par Dieu (Allah) mais aussi par le bon sens.
Exemple : si on coupe une main au voleur, il y a peu de chance qu’il récidive. Et si c’est le cas, on lui coupe la tête.
Lorsque vous mettez en prison un voleur, celui-ci devient beaucoup plus dangereux, il y a de forte chance qu’il récidive à sa sortie de prison et en plus ce sont vos impôts qui auront payé son procès, sa détention et les aides éventuelles pour sa réintégration.
Voyez que le système islamique est beaucoup plus performant que votre soi-disant république démocratique.

L'intégrisme islamique est parmi nous, insidieux d'abord puis affirmé, revendiquant ses droits jusqu'au moment où, assez fort, il impose sa loi et punit ceux qui tendent de se dérober à sa tyrannie, comme on le voit dans certaines banlieues avec le voilement forcé des filles et les agressions contre celles qui s'y refusent. État dans l'État, nourrissant les communautarismes, refusant de se plier aux lois de la République, il proclame que c'est à la République de s'adapter à l'islam. Hamid Zanaz, issu de famille musulmane, connaît l'islam et ses avatars pour avoir vécu en Algérie où il a enseigné la philosophie à l'Université. Sa maîtrise de la langue lui donne accès à des textes savants et des articles habituellement inaccessibles. Écrivain et penseur libre, il dévoile le double visage de l'islam, ses complicités et ses stratégies. À l'heure des printemps arabes, on lira ici avec profit les propos d'un étudiant en médecine égyptien prêt à se débarrasser des vestiges de la civilisation pharaonique et qui considère que l'histoire commence avec l'islam. On découvrira aussi Al Quassimi, cheikh "repenti" du Wahhabisme, devenu l'un de ses critiques les plus radicaux. L'auteur montre qu'islamisme et islam visent en réalité le même but : imposer la loi musulmane partout dans le monde, l'un ouvertement, l'autre masqué. Ce livre est un cri d'alarme lancé par un homme courageux : ouvrez les yeux au lieu de pratiquer la politique de l'autruche, ne faussez pas le débat par des indignations de pacotille. Apprenez d'abord à connaître le péril qui guette la démocratie, la liberté de conscience et celle des femmes, et sachez déjouer les pièges et les mensonges car, selon la taqîya, mentir pour le bien de la religion n'est pas un péché en islam. Derrière l'affirmation d'une prétendue supériorité de l'islam sur tout pacte social et républicain, se profile l'avant-garde du djihad. Il est grand temps de le savoir.

L'islamisation de la France
En France, en 2006, la filiale de la plus grande organisation islamiste mondiale des Frères musulmans, l'UOIF, ouvre écoles et mosquées en toute quiétude et siège au Conseil français du culte musulman (CFCM). Nicolas Sarkozy affirme sur un plateau de télévision que « sur le plan de l'ordre public il n y a rien à leur reprocher ». Inquiétant. Dalil Boubakeur, parangon de l'islam modéré selon la caste médiatique, parle pourtant de son « amitié d'une décennie » avec le président de l'UOIF et confie que « L'UOIF ne me paraît ni subversif, ni dangereux ». S'appuyant sur une immigration dont les mécanismes sont analysés méticuleusement, chiffres officiels à l'appui, l'islamisation de la France n'en est qu'à ses débuts selon les démographes. Les mosquées fleurissent dans l'hexagone, avec la bénédiction des mairies qui offrent les terrains à bâtir, tandis que l'UMP comme le PS commencent discrètement à subventionner leurs constructions avec l'argent des contribuables. Le lecteur trouvera avec cet ouvrage qui se veut le plus complet possible, des réponses claires à ses interrogations : que dit le Coran ? Quel est le contenu de la charia ? La distinction entre islam et l'islamisme est-elle pertinente ? Que pèsent les vrais modérés ? Après leurs récents succès démocratiques en Turquie, Égypte et Palestine, les islamistes ont-ils une stratégie de conquête en France ?

L'Islamo-business, vivier du terrorisme
L'islamo-business, concept novateur dans le champ politique, désigne deux réalités mal connues et complémentaires : d'une part le financement de l'islamisme radical par les revenus de l'économie informelle (taxes, confiscations, racket, pillages, trafics, rançons, esclavage sexuel) et le détournement de procédures en vigueur dans le monde musulman (jizya, zokat, sadaqah, hawala), ce qui représente plus de 1000 milliards de dollars par an, d'autre part les méthodes de recrutement des candidats terroristes et leur parcours, qui commence par la fraude et la délinquance, se poursuit par la réhabilitation grâce à l'islam et s'achève par le choix ultime de la posture du héros, voire du martyr. Jean-Paul Gourévitch dresse un état des lieux de la galaxie islamiste, explicite les mécanismes de l'islamo-business, ses ressources, ses méthodes et celles qu'emploient ses adversaires pour le combattre. Il analyse enfin la validité de plusieurs scénarios pour l'avenir : ceux de l'affrontement, du vivre-ensemble, de la coexistence, de la crise ou du déclin. Dans cette analyse, la France occupe une place particulière-elle est en effet le pays occidental qui abrite le plus grand nombre de musulmans : entre 8 et 9 millions, dont 3,5 millions de pratiquants et plus d'une centaine de milliers d'islamistes radicaux, dont environ 10 000 activistes. Un ouvrage documenté, pédagogique et impartial.

La Colère d'un Français
La plus grande partie de ce livre a été écrite en 2006. Près de 4 ans plus tard, elle n’a pas pris une ride ! L’auteur, Maurice Vidal, professeur de philosophie, rédacteur de Riposte Laïque, ne craint pas de heurter le politiquement correct. Il ose se dire Français, et s’en montrer fier. Il ne supporte pas qu’on insulte son pays. Il défend une laïcité sans concession. Il n’a pas peur d’exprimer sa colère contre l’offensive de l’islam, en France et en Europe. Les faits, depuis 2006, ne cessent de lui donner raison. Ils sont innombrables. Des fillettes sont voilées de plus en plus jeunes. Les demandes de construction de mosquées se multiplient, parfois financées par des fonds publics. Le voile intégral a fait son apparition dans de nombreux quartiers. Les commerces communautaristes, avec leurs interdits alimentaires religieux, remplacent petit à petit les commerces traditionnels. Les demandes d’accommodements raisonnables de l’islam avec la laïcité se multiplient. La République ne cesse de reculer, depuis plus de vingt ans. André Gerin, député de Vénissieux, président de la mission parlementaire sur le voile intégral, a qualifié cette tenue de face visible de l’iceberg, voyant derrière elle l’offensive d’un fascisme politico-religieux contre la République. Et pendant ce temps, des intellectuels s’entêtent à voir dans l’islam une religion de paix et d’amour, seulement pervertie par une minorité d’islamistes. D’autres, au nom d’une conception dévoyée de la liberté, en arrivent à défendre le droit de porter le voile intégral. Par contre, dès qu’on parle de l’identité nationale, ils n’ont à la bouche que « Pétain », on « Le Pen ». Dès que les Suisses, en toute démocratie, votent à une forte majorité contre les minarets, ils se font qualifier de xénophobes, de populistes ou de racistes. De quoi susciter l’inquiétude des laïques et des Républicains. De quoi susciter la colère d’un Français. 

La conquête de l'Occident : Le projet secret des islamistes
Novembre 2001, des policiers européens investissent la luxueuse villa d'un banquier islamiste sur les bords d'un lac suisse. Ils y découvrent un document gardé secret depuis près de vingt ans : le " Projet ". Ce texte, connu seulement d'une poignée de spécialistes, décrit la stratégie clandestine qui vise à " établir le règne de Dieu sur Terre ". Tous les moyens sont bons dans cette conquête du monde : infiltration de la société, propagande, alliance avec les combattants de la Guerre sainte...
Le " Projet " révèle un pan caché de l'histoire de l'islamisme en Occident. Inspirés par les idées radicales des Frères musulmans, ses émules ont tissé en Europe et en Amérique un réseau de mosquées, de centres religieux, d'institutions charitables qui poursuivent le même but : créer une société idéale fondée sur le Coran, étendre la sphère de l'islam et mettre fin à l'hégémonie de la civilisation occidentale sur le monde.
Menée durant plusieurs mois en Europe et aux États-Unis, cette enquête soulève des questions essentielles pour l'avenir de nos sociétés : qui sont vraiment les islamistes " modérés " qui prétendent représenter les musulmans d'Occident ? Quelles idées veulent-ils propager, et avec quelles méthodes ? Riche en révélations exclusives, cet ouvrage apporte des réponses précises, informées, dérangeantes.

La vie de Mahomet
En Occident, tout le monde peut citer des épisodes de la vie de Jésus ou de Moïse, mais rares sont les personnes en mesure de relater la vie Mahomet. Alors que l'islam est présenté comme la deuxième religion de France, le parcours terrestre de l'ultime messager d'Allah mérite d'être connu, même par le profane. Charb et Zineb nous font découvrir les faits les plus marquants de son existence et nous expliquent l'origine des grands préceptes de la religion musulmane : la naissance du prophète, les révélations de l'ange Gabriel, ses mariages, les miracles, l'hégire... Ils nous éclairent aussi sur la vie intime et familiale de Mahomet, sur des épisodes peu connus par les musulmans eux-mêmes. Zineb a reconstitué le parcours du prophète, grâce à de longs mois de recherches dans les sources islamiques. Chaque anecdote, chaque citation proviennent des textes de la vulgate canonique, reconnus par les oulémas les plus rigoureux. Avec l'humour qu'on lui connaît, Charb a mis en images la vie de Mahomet telle que l'on racontée les chroniqueurs de l'islam. C'est un traitement bien français de l'histoire d'une religion que propose ce livre : laïque et universaliste.

La voie du Musulman
"Minhâj Al-Muslim" (La voie du musulman) comprend cinq parties, chacune se composant de plusieurs chapitres. La première est consacrée à la foi ; la deuxième au comportement ; la troisième à l'éthique ; la quatrième aux pratiques religieuses ; et la cinquième aux rapports sociaux. Il englobe ainsi les fondements et les branches de la religion musulmane. Décrivant la méthode qu'il a suivie en composant son livre, le Sheikh Abû Bakr Al-Jazâ'irî - que Dieu l'ait en sa miséricorde - dit : "J'ai suivi, avec l'assistance de Dieu, la bonne voie. Ainsi dans les chapitres relatifs au dogme, je n'ai pas dévié des préceptes des Anciens qui ont l'approbation unanime de la Communauté. Celui qui fait sien ce dogme est sûr d'obtenir le salut, car il est le dogme auquel adhérait le Prophète, ainsi que ses Compagnons et leurs successeurs. Ce dogme est également en adéquation avec la nature primordiale et la religion pure apportée par tous les Prophètes et pour laquelle les Livres ont été révélés. " Dans la partie réservée à la jurisprudence - pratiques religieuses et rapports sociaux -, j'ai fait de mon mieux pour rechercher l'avis le plus juste et le plus valide dans les oeuvres des illustres imams (Abû Hanifa, Mâlik, Ash-Shâfi`î et Ahmad ; Dieu leur accorde sa miséricorde) toutes les fois qu'il s'agissait d'une question qui ne s'appuyait pas sur un texte explicite ou sur un argument manifeste dans le Livre de Dieu et dans la Sunna de Son Envoyé. Ainsi, tout musulman qui suit les enseignements exposés dans ce livre est, sans aucun doute, sûr de se conformer à la loi divine. Mon dessein est de réunir dans une seule voie, nos frères pour qu'ils constituent une unité où concordent leurs idées, communient leurs âmes, et interagissent leurs sentiments".

Le grand secret de l'islam
Qu'est ce que l'islam ? Que doit cette religion à la prédication de Mahomet ? Qu'y avait-il réellement avant l'islam ?
Au fil de sa lecture du Coran, de la biographie de Mahomet, de la découverte du discours musulman et de discussions avec des musulmans, Olaf (Odon Lafontaine) n’a jamais pu se départir d’un sentiment de malaise et d'incompréhension vis à vis de ce qui lui apparaissait comme les contradictions de cette religion.
Pour tâcher de les expliquer, il a cherché à en savoir davantage sur ses origines historiques. C'est ainsi qu'il a découvert le travail du Père Edouard-Marie Gallez, docteur en théologie et histoire des religions. Sa thèse, intitulée Le Messie et son Prophète, et leurs échanges lui ont fait découvrir quantité de recherches historiques passionnantes. Elles ont transformé sa vision de l’islam en révélant une tout autre histoire que celle que le discours ambiant veut faire croire : l’islam n’est pas le résultat d’une révélation divine – ou de la seule prédication de Mahomet – mais celui d’un processus très long et très complexe de réécriture de l’Histoire, s’enracinant dans des idées juives et chrétiennes dénaturées, et manipulé par les califes pour satisfaire leurs visées de domination politique.
Cette découverte restait encore à ce jour quasi inconnue du public. La faute sans doute à la complexité du sujet et à son caractère très sensible qui l’ont confiné dans les cercles très restreints de la recherche. Comment alors la rendre accessible au plus grand nombre ? Comment l’expliquer et la replacer dans une perspective historique ? Comment les travaux les plus récents ont-ils pu la confirmer ? C’est ce à quoi Olaf espère contribuer à répondre avec Le Grand Secret de l’Islam, fruit d’une longue recherche personnelle et de sa collaboration avec Edouard-Marie Gallez.
Au monde de découvrir maintenant quel est le « grand secret » de l’islam.

Le Licite et l'Illicite en Islam
Pour l'islam il existe plusieurs manières de tuer selon qu'il s'agit d'un infidèle, d'une femme adultère, d'un homosexuel, etc. Ce livre est le deuxième livre le plus vendu dans le monde musulman. C'est en quelque sorte le Mein Kampf islamique. Attention, ce livre peut choquer les occidentaux.

Le prix à payer
Le prix à payer pour vivre sa foi. Le prix à payer pour être libre. Le prix à payer pour être soi. Ce prix, Mohammed l'a payé, de son sang. Jeune musulman irakien appelé au service militaire, Mohammed découvre avec effroi que son voisin de chambrée est chrétien. Une amitié paradoxale va pourtant se nouer entre les deux hommes, nourrie de débats idéologiques et religieux. Mohammed en sort métamorphosé et se convertit au christianisme. Mais en terre d'Islam, changer de religion est un crime. Intimidations, coups puis prison et torture... Mohammed traverse un calvaire mais ne cède pas. Une fatwa est prononcée contre lui. Ses frères lui tirent dessus, en pleine rue, il s'effondre... Le prix à payer est une histoire vraie. " Un livre poignant qui raconte ce que doit subir un musulman irakien qui devient chrétien. Accablant. " Christian Makarian – L'Express

Les assassins obéissent au Coran
Exécution froide à Charlie Hebdo et au Bataclan, camion fou à Nice, une mère et ses filles blessées par leur voisin musulman parce que portant des tenues trop légères, décapitations, voitures folles, agressions au couteau... Les Français découvrent que, bientôt, ils ne seront plus en sécurité nulle part et qu'ils vont connaître la vie difficile des Libanais et des Israéliens. Les auteurs de ce petit livre pensent qu'il n'y a pas de fatalité, qu'il y a des moyens de lutter contre le terrorisme et que le tout premier c'est de comprendre le rapport qui existe entre terrorisme et textes coraniques. Tant que des mosquées seront ouvertes où l'on appelle au meurtre, à quoi serviront nos lois, notre constitution ? Tant qu'un gouvernement n'osera pas interdire le voile dans l'espace public, des femmes seront victimes d'agressions, voire de viols, pour les contraindre, musulmanes ou pas, à suivre les préceptes islamiques. Il faut savoir pour dire non. Il faut savoir pour lutter. Ce petit livre, dans un format pratique, se veut une référence, une mine d'arguments et d'exemples pour comprendre, pour faire comprendre... Afin que les choses et les politiques changent... 

Les cloches sonneront-elles encore demain ?
La France est meurtrie par le terrorisme. Mais il y a plus grave : elle est en train de perdre son identité. Si l'on ne fait rien, selon Philippe de Villiers, la voix du muezzin couvrira le son des cloches de nos terroirs.
L'auteur a eu accès à de nombreuses informations qu'il divulgue ici pour que les Français sachent et prennent conscience de l'extrême gravité de la situation.
À travers une mise en perspective vertigineuse, il rappelle comment, depuis les années 1980, notre pays a été lentement mais sûrement « islamisé ». Rien n'a été fait pour répondre aux vagues migratoires et au plan secret de l'Europe. Pire, ce projet d un « Eurislam », révélé ici au grand jour, a été encouragé par les élites françaises.
Il faut renouer avec notre pays. Philippe de Villiers propose d'inventer un nouveau roman national qui soit un roman d'amour. Pour que chaque Français puisse partir dans la vie avec un bagage imaginaire qui porte ses rêves.

Les derniers jours de Muhammad 
Médine, juin 632. Sous le soleil accablant de l'Arabie, le temps semble s'être arrêté : le Prophète de l'islam a rendu son dernier souffle. Autour de lui, les fidèles de la nouvelle religion, plongés dans la sidération, tremblent à l'idée que la Fin du monde soit proche. Mais où sont passés ses Compagnons ? Quelle est cette étrange maladie qui l'a terrassé en quelques semaines ? Et pourquoi l'enterrement n'a-t-il pas lieu ? Au fil de ce récit au jour le jour de l'événement le plus mystérieux dans l'histoire de l'islam, Hela Ouardi, universitaire tunisienne, explore et confronte les sources sunnites et shiites les plus anciennes. Celles-ci nous révèlent un autre visage du Prophète, celui d'un homme menacé de toutes parts, affaibli par les rivalités internes et par les ennemis nés de ses conquêtes. Tout est entrepris pour qu'il ne laisse aucune directive claire sur sa succession. Ses Compagnons s'engagent dans une lutte pour le pouvoir et son clan se déchire, ouvrant la voie à des guerres meurtrières qui ensanglantent encore notre monde aujourd'hui. Une reconstitution chronologique inédite, où Hela Ouardi oppose aux mémoires idéologisées le portrait d'un homme rendu à son historicité et à sa dimension tragique.

Les soldats d'Allah à l'assaut de l'Occident
Connue depuis la publication de son essai Ma vie à contre-Coran (VLB éditeur), en 2009, elle a vécu de l'intérieur l'islamisme politique qu'elle dénonce. Au milieu des années 1990, elle a dû quitter l'Algérie. Le Groupe islamique armé (GIA) avait ordonné aux femmes le port du voile. De nombreuses résistantes ont été exécutées. Condamnée à mort parce que femme, féministe et laïque, Djemila Benhabib a choisi ce jour-là de se battre.
Farou­chement opposée au port du voile, elle profite de toutes les tribunes pour répéter ce message : l'islam politique est une idéologie d'extrême droite qui prône la fusion entre l'islam et l'État. L'islam devient religion et État à la fois, et la charia tient lieu de Constitution. Or, cette charia se fonde sur la supériorité du musulman sur le non-musulman et sur la supériorité de l'homme sur la femme.
Dix ans après les attentats du 11 septembre 2001, l'essayiste prend de nouveau la plume pour affirmer que l'Occident est en voie de perdre sa bataille contre l'islamisme politique. «Cette idéologie totalitaire est en train d'agir sur l'organisme planétaire comme un abcès qui, peu à peu, gangrène ses principaux membres ! » affirme-t-elle.
Dans la dernière partie de sa démonstration, Djemila Benhabib s'intéresse plus particulièrement au Québec. Elle revient sur l'empoignade au sujet du voile islamique. Elle dénonce avec vigueur la décision de la Fédération des femmes du Qué­bec (FFQ), en mai 2009, d'appuyer le port du voile islamique par les employées de la fonction publique québécoise, écorchant au passage Québec solidaire. «J'étais à mille lieues d'imaginer le basculement de la FFQ, son extrême vulnérabilité face à des forces islamistes bien organisées et structurées, j'étais à mille lieues de soupçonner son déclin programmé ainsi que son instrumentalisation par Québec solidaire», écrit-elle. De la dynamite ! L'auteure s'en prend avec tout autant de véhémence à la ministre de la Condition féminine, Christine Saint-Pierre, qui s'est rangée à la position de la FFQ.

Mahomet était-il fou ?
Par un travail minutieux de relecture psychologique du Coran et des autres sources biographiques concernant Mahomet, l'auteur repère les symptômes pathologiques du Prophète de l'Islam. Son diagnostic est sans appel : l'homme souffrait d'une paranoïa quérulente avec trouble dissociatif de l'identité. L'auteur montre que Mahomet s'identifiait aux prophètes antérieurs (Jésus et Moïse notamment), qu'il plagiait. Adaptant leurs propos et leur accomplissement à la culture du monde arabe, il imposa ces nouvelles doctrines à son peuple principalement par une agressivité directe et des manipulations politiques. Or, l'Islam a connu un succès phénoménal de son vivant et à travers les siècles. À ce stade intervient donc une autre question : Comment Mahomet est-il parvenu à convaincre les foules ? L'auteur analyse alors la personnalité du peuple soumis et la réussite de cette religion à travers les siècles. L'auteur déconstruit également l'ensemble des présupposés scientifiques et philosophiques qui sont à l'origine de la religion musulmane (cosmologie, biologie, psychologie, etc.). Le discours moral et politique de Mahomet est confronté à ses propres contradictions

Mahomet - Histoire d'un Arabe, invention d'un prophète
L'ouvrage du professeur Tilman Nagel est la première biographie historicocritique de Mahomet parue depuis plus de cent ans. Pour cela, il met à profit les importants progrès faits ces dernières décennies par la recherche historique sur l'Arabie préislamique et utilise l'intégralité des sources à disposition. Il peut ainsi à la fois revisiter l'image dogmatique de la vie de Mahomet transmise par les traditions musulmanes et proposer une biographie du fondateur de l'islam inscrite de façon aussi précise que possible dans l'histoire politique, religieuse et sociale de son temps. Dans les derniers chapitres du livre, Nagel montre par quels chemins et pour quelles raisons la vie du Prophète a été par la suite l'objet d'une dogmatisation qui en a estompé les contours historiques. C'est en ce sens qu'on peut parler de l'invention d'un Prophète. Cette seconde démarche n'explique pas seulement comment est née la conception habituelle de la vie de Mahomet; elle fournit aussi les clés nécessaires pour soumettre à la critique historique ces traditions et les rendre ainsi utilisables pour une discussion informée sur l'islam et son fondateur.

Mahomet au volant : la charia au tournant
En décembre 2012, une vidéo circule sur internet : une vingtaine de machinistes de la RATP ont décidé de témoigner contre l'islamisation de leur entreprise. Cet acte courageux vaudra bien des ennuis à celle qui en fut l'initiatrice, Ghislaine Dumesnil. Qualifiée de raciste et de militante d'extrême droite, elle est menacée par les plus radicaux des musulmans. Elle n'obtient aucun soutien de sa direction, et pas davantage des organisations syndicales. Durant trois années, elle sera la femme à abattre et devra choisir des horaires très matinaux pour assurer sa sécurité. Le 13 novembre 2015, Samy Amimour, ancien machiniste de la RATP, se fait exploser au Bataclan. Dans ce témoignage choc, cette fille de communistes, qui votait encore Mélenchon en 2012, accuse ceux qui ont permis que des islamistes infiltrent la RATP, y imposent leurs pratiques et menacent aujourd'hui la sécurité de tous.

Mon père, Allah et moi
Une famille d’origine marocaine, dans une cité populaire d’Anderlecht, en Belgique : le père, la mère, le fils. Et Farah, la souffre-douleur, la moins que rien, qui doit payer de toutes les manières possibles la faute originelle d’être née fille, jusqu’à l’horreur des jeux sexuels dans lesquels son père l’entraînera, de ses 4 ans à ses 15 ans, avec la bénédiction d’une mère pour qui le rôle d’une fille est de se soumettre aux désirs des hommes. Même les plus monstrueux, même s’ils doivent détruire une enfant. Les années ont passé, et Farah n’a pas été détruite. Blessée à vie, elle a trouvé la force de s’évader, de fuir le cercle pervers où elle était enfermée. Et de se reconstruire. Pour preuve, ce témoignage puissant, souvent déchirant, mais qui sait aussi être drôle, prendre une distance salutaire avec l’horreur des faits qu’il dénonce. Devenue une femme libre, Farah Kay a acquis le courage de regarder en face, avec une colère lucide, ce père, cette mère, et cette version obscurantiste, régressive, d’un islam qui peut, parfois, rejeter les jeunes filles hors de l’humanité

Musulmans : Vous nous mentez
Ce livre est, tout simplement, la grosse colère d'un Français qui, ayant vécu dans les pays arabes, ne supporte plus qu'à chaque nouvel attentat islamiste, à chaque crime commis au nom de l'islam, nous ayons droit, sur les plateaux de télévision, aux gémissements habituels : « L'islam ce n'est pas cela », « ne confondez pas islam et islamisme », « Pas en mon nom » et le désormais célèbre « Surtout pas d'amalgame ». Il est pourtant temps de reconnaître que l'islam, c'est l'islamisme au repos, et l'islamisme, c'est l'islam en action, comme l'écrit si bien le poète kabyle Ferhat Mehenni. Depuis quatorze siècles, l'islam fait la guerre à tout ce qui n'est pas musulman et par tous les moyens. C'est un ordre impératif du Coran, sa première obligation incontournable en tout temps et en tout lieu. Quand l'islam est faible, il utilise la ruse, la dissimulation, le mensonge et le grignotage sous toutes ses formes pour faire avancer son idéologie conquérante. Quand il se sent en position dominante il passe alors à l'offensive, avec toute la barbarie que les textes sacrés autorisent à ses guerriers. On ne peut donc que s'interroger sur les prétendus musulmans modérés. S'ils demeurent musulmans, c'est en toute logique qu'ils sont d'accord avec le Coran, et ce qui est écrit dans ce livre est clair. S'ils n'étaient pas d'accord avec son message de haine et de conquête, ils ne se qualifieraient plus de musulmans, ils deviendraient apostats. Donc, lorsque les musulmans affirment que leur l'islam est une religion d'amour, de tolérance et de paix, pervertie pas quelques extrémistes, ils nous mentent.

Pour un monde sans islam : Une Algérienne réfugiée en France témoigne
Née au cœur de l'Islam, l'Algérie, Aquila y (sur)vécut trois décennies avant de pouvoir s'en évader, comme on s'évade de prison. Trois décennies dont une noire (ou rouge) : celle de la guerre civile au nom d'Allah, pendant laquelle le sang des Algériens et des étrangers (les moines de Tibhirine entre autres) y coule à flot. Le terrorisme islamique a par la terreur mis à genou tout un pays. Contre vents et marées, en temps de paix comme en temps de guerre et au risque de sa vie, elle résiste et refuse de se soumettre à l'Islam.Aquila ne s'est jamais sentie musulmane, elle a rejeté très tôt la religion de sa naissance. Elle force son destin en quittant l'Algérie à 30 ans pour une terre non-musulmane : la France. Elle coupe les ponts avec sa famille qui voulait la forcer, même en France, à un mariage avec un musulman, lui interdisant de se marier avec un non-musulman. Devenue femme libre et indépendante en France, elle découvre que la France et l'Occident sont à leur tour des terres déjà conquises en partie par l'Islam, via l'immigration musulmane légale et illégale encouragée et subventionnée par la lâcheté des politiques et la naïveté des peuples qui les élisent. Alors que des hordes de musulmans et terroristes déguisés en réfugiés déferlent par milliers sur les rivages sud de l'Europe dans la sidération générale d'une société désarmée, elle quitte avec sa famille chrétienne la France pour un îlot de paix du Pacifique pour se soustraire à l'islamisation de l'Occident et à la vallée du carnage qui s'annonce.C'est au fil de ce périple, tant géographique que spirituel, qu'Aquila nous dévoile le véritable visage de l'Islam. Elle nous alerte des dangers de l'islamisation du monde libre et de ce qui nous attend si nous continuons d'ignorer la déclaration de guerre ouverte de l'islam contre l'Occident.Un regard implacable et critique de l'intérieur, un témoignage précieux, une torche qui éclaire les ténèbres et montre la voie vers la lumière.

Reconquista ou mort de l'Europe : L'enjeu de la guerre islamique
Oui , nous les Européens, nous sommes coupables. Mais pas de ce dont on nous accuse en général. Coupables d’abord d’avoir sous-évalué les risques: nous avons laissé croire à nos peuples que l’islam pourrait se fondre dans nos pays et en faire partie sans les mettre en danger. Or. il n’en est rien et cet ouvrage nous explique pourquoi l’islam est notre ennemi. Coupables ensuite d’ignorance et de mépris : René Marchand nous montre les lâchetés de nos dirigeants et intérêts des grands patrons qui les ont conduits I encourager une immigration inassimilable. Le constat est donc terrible: nous risquons de disparaître. nous et les valeurs dont nous sommes porteurs. Néanmoins, nul désespoir ici, au contraire, puisque le dernier chapitre est porteur de la solution, les moyens de la reconquête. appelée la Reconquista. en référence à la reconquête des terres musulmanes de l’Espagne du Moyen-Age par Les souverains chrétiens. La Reconquista est possible, il nous faut juste l’organiser. C’est à cette condition qu'Athéna. déesse de la guerre. du savoir et de l’intelligence ne sera pas remplacée par des talibans haineux de la culture et de la liberté.

Une France soumise - Les voix du refus
Les Territoires perdus de la République dénonçait déjà en 2004 l'école des banlieues rongées par le communautarisme, l'antisémitisme et le sexisme. Ce sont maintenant carrément des Territoires interdits de la République. Enseignants, infirmières, assistantes sociales, maires, formateurs, policiers témoignent de l'impossibilité d'exercer leur métier. Confrontés à une violence quotidienne, abandonnés par leur hiérarchie, oubliés des politiques, ces acteurs de la vie publique sont les otages d'un chantage inacceptable. La nouvelle enquête de Georges Bensoussan révèle la réalité et les enjeux de ce sectarisme qui met chaque jour un peu plus en péril notre démocratie. Hier, des policiers visés par un gang en toute impunité, une proviseure agressée, de jeunes professeurs qui renoncent face à la difficulté. Et demain ? « Aujourd'hui, en France, on a peur de parler à visage découvert, tant on craint à juste titre les insultes, les représailles professionnelles et même les violences physiques qui peuvent s'en suivre. C'est dire combien notre lâcheté collective a affaibli notre démocratie. Coincés entre l'extrême droite qui rêve d'imposer le saucisson à tous et l'extrême gauche devenue dévote du religieux le plus sectaire, il n'est que temps de réagir : tendre la main à nos concitoyens musulmans qui adhérent aux lois et aux valeurs de notre République, tout en combattant sans défaillance, ceux qui n'aspirent qu'à nous imposer les leurs. » Elisabeth Badinter Georges Bensoussan, historien, est responsable éditorial au Mémorial de la Shoah, à Paris. Sous le pseudonyme d'Emmanuel Brenner, il a dirigé l'ouvrage Les territoires perdus de la république (Mille et une nuits, 2004). II est également l'auteur d'une Histoire de la Shoah (PUF, 1996), de Une histoire intellectuelle et politique du sionisme (1860-1940) (Fayard, 2002) et Europe. Une passion génocidaire : Essai d'histoire culturelle (Mille et une nuits, 2006).

Une révolution sous nos yeux : Comment l'islam va transformer la France et l'Europe
L'Europe peut-elle rester la même si sa population change ? Selon Christopher Caldwell, la réponse est non. Une Révolution sous nos yeux constitue la première analyse sans concession des bouleversements colossaux induits par les vagues d'immigration à dominante musulmane que connaît l'Europe de l'Ouest et la France en particulier, depuis un demi-siècle. Observateur scrupuleux de l'Islam et de l'Europe depuis plus de dix ans, Caldwell montre que les élites européennes ont sous-estimé voire totalement éludé les effets sociaux, spirituels et politiques de l'immigration musulmane, qui sont considérables et durables, au profit des effets économiques, qui sont faibles et transitoires. Alors que des populations d'origine étrangère de plus en plus sûres d'elles-mêmes défient les fondements de la culture européenne, les commentateurs réagissent soit par la peur et la fureur soit par des platitudes évasives. Une Révolution sous nos yeux évite ces deux travers. Par la force d'une documentation méticuleuse et l'honnêteté de son propos, ce livre expose clairement de quelle façon l'immigration musulmane est en passe de remodeler définitivement l'Occident.

Vers une République islamique en France ?: Michel Houellebecq prophète. Essai
Les démographes de gauche et les instituts publics inféodés minimisent la présence des musulmans en France : ils se refusent à faire des statistiques ethnico-religieuses... pour le moment. Nul doute que lorsque les musulmans seront majoritaires sur le territoire national, comme c'est déjà le cas dans certains départements (Mayotte, le Nord, la Seine-Saint-Denis) et dans de nombreuses communes du Rhône, d'Alsace et des Bouches-du-Rhône, les antinationaux qui ont encouragé l'immigration de peuplement, mettront les nouvelles statistiques sous le nez des "souchiens" qui devront s'effacer devant les nouveaux maîtres. Michel Houellebecq confirmé par les faits.